Museion

Université de Danses et Savoirs

Danses orientales, tziganes, tribal fusion, polynésienne
Histoire de l'art, Histoire des religions, mythologies, akkadien, écriture
Les nouvelles du Museion

ATTENTION :
– Vacances scolaires du 23 février au 11 mars 2024 (mais cours d’Histoire de l’art le 01 mars)
– Pas de cours à l’UCP ou en visioconférence le jeudi 13 mars 2024 pour cause de départ en Belgique pour ma participation aux LXI° Journées des Orientalistes Belges

 

Qui suis-je ?

Apolline Marie Huin

C’est dans les salles du musée dont mon père fut le conservateur que j’ai joué, grandi, et ai découvert ma passion pour l’art et le passé. Ce contexte et ma curiosité naturelle m’ont poussée à explorer l’Histoire, l’archéologie, les récits sous toutes leurs formes, les langues anciennes et les croyances des civilisations anciennes comme actuelles.
Une formation universitaire solide et éclectique en Histoire, Histoire de l’art, archéologie à l’Université de Nancy 2, en Histoire des religions à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (EPHE-Sorbonne) et akkadien (ELCOA, Paris), m’a composé un bagage de compétences diversifiées que je cherche toujours à compléter.

J’enseigne, aujourd’hui avec passion et légèreté l’Histoire de l’art, l’Histoire des religions, les mythologies, l’Histoire de la danse et l’akkadien (babylonien-assyrien).
Je me définis comme une « Conteférencière » : Un peu conteuse, un peu conférencière, perpétuellement en quête de nouvelles connaissances à partager.
Un second chemin m’a conduite à la danse dès l’enfance. Je pus m’initier aux danses orientales (sharqi, baladi, saïdi, shaabi, …) dès l’âge de 12 ans grâce à une danseuse d’une rare délicatesse, Seghera. Plus tard, je découvris les danses tziganes (flamenco mais aussi kalbeliya du Râjasthân et kawliya d’Iraq), American Tribal Style et tribal fusion, styles que j’approfondis régulièrement depuis une douzaine d’années auprès des plus grand.e.s.
Aujourd’hui, danseuse, professeure et chorégraphe, mon art alimente mes récits, tout comme les légendes se découvrent souvent dans mes inspirations chorégraphiques. Curieuse de tous les milieux, tous les genres, tous les arts, je présente mon travail régulièrement dans différentes galeries d’art (La Factorine, Galerie Neuf à Nancy) et lors de multiples évènements tournant autour des danses du monde (East Oriental Connexion, Les Noubas d’Ici (Paris), Désirs d’Orient, …) comme des milieux les plus undergrounds (Festival Souterrain du T.OT.E.M., Festival Michto, soirées électro-techno Carte Blanche, ….).

Sensible aux causes humanitaires, j’organise moi-même tous les ans un spectacle contre la sclérose en plaques ou contre les violences sexuelles et suis invitée régulièrement à danser pour des causes similaires. Ainsi, depuis 2013, j’organise annuellement le spectacle « Danser pour combattre la SeP » (jusque 2019) au profit d’association luttant contre la sclérose en plaques, maladie dont je suis atteinte, et « Danser pour combattre le mal » (depuis 2019) au profit d’association aidant les victimes de violences sexuelles. Depuis peu, j’apprends également la danse polynésienne et le cerceau aérien, disciplines qui m’apportent techniquement et artistiquement encore d’autres inspirations. Je collabore régulièrement sur scène mais aussi dans le cadre de mes sessions mensuelles de stages avec d’autres danseuses et danseurs afin de compléter l’enseignement proposé : Julie Feti'a puis Ludivine Tahuro (danse polynésienne), Jonathan Archambaut du Ballet de Lorraine (danse contemporaine), Sïana (OneBellyFusion Style), et de nouvelles collaborations chaque année...
En 2019, je fis partie des candidates nominées des Trophées EAF 54 (Entreprenariat Au Féminin – catégorie Création d’entreprise) et fus contactée par le Conseil International de Danse (CID_ UNESCO) afin d’intégrer cette Association international de promotion des danses.

Afin de concilier toutes ses passions et tout son enseignement, Apolline a décidé de créer son Museion en 2018

Mon Museion se veut un lieu de recherches, d’études, de découvertes, de mises en pratique, dispensant un enseignement de haut niveau tant en théories qu’en pratiques par le biais de la danse ou de l’écriture.

En savoir plus

Le Museion

Afin de concilier toutes ses passions et tout son enseignement, Apolline a décidé de créer son Museion en 2018.
En Grèce ancienne, un Museion était un temple dévolu aux Muses. Mais, le Museion d’Alexandrie, tout proche de la fameuse bibliothèque à l’époque des Ptolémée, fut également connu comme un lieu d’enseignements tant artistiques que littéraire ou philosophique. C’est tout naturellement que je choisis ce nom pour mon école ; je l’ai pensé comme une université, au sens premier du terme, de danses et de savoirs au sein de laquelle je peux enseigner tout ce que j'ai la chance de pouvoir partager.
Mon Museion se veut un lieu de recherches, d’études, de découvertes, de mises en pratique, dispensant un enseignement de haut niveau tant en théories qu’en pratiques par le biais de la danse ou de l’écriture. Mon but est de faire de cette école un lieu de culture incontournable dans la région tout en visant une portée nationale voire internationale, notamment grâce à mes contacts professionnels réguliers avec la Belgique et le Luxembourg.

Mon enseignement est ouvert à toutes et tous : débutant.e.s ou confirmé.e.s, étudiants ou artistes, retraités ou professeurs, …

Portrait vidéo Artscopia à l'occasion de ma nomination aux Trophées AuFéminin 2019Article BellyDance Discount

Mon enseignement se développe donc autour de deux axes principaux transversaux :

Les danses orientales, tziganes, ATS, tribal fusion et polynésienne dont l’enseignement est dispensé par mes soins, complétées régulièrement par et ponctuellement par d’autres genres grâce à des invités.

Les cours théoriques d’Histoire de l’art, des religions, mythologies et akkadien dont je suis l’unique professeure.